Choisir son fer à souder

Besoin d'un conseil pour réparer votre instrument préféré,votre PC, c'est ici...

Modérateurs: Remi77, Freddie

Choisir son fer à souder

Messagepar Remi77 » Mar Sep 06, 2011 8:15 am

Choix de l'équipement
La liste qui suit donne quelques exemples de fers que l'on peut trouver à ce jour, la plupart sont certifiés compatibles soudure sans plomb. Difficile de dire le modèle qui convient le mieux au débutant, il est possible de commencer avec un fer de la seconde liste (prix moyen), et puis voir après. Vous devez exclure impérativement tous fers de type "pistolet" 100W (ou plus) si vous souhaitez faire de l'électronique "sérieuse".

Premiers prix (10 à 40 euros environ)
JBC - modèle 30ST - 24W / 380 deg. max
JBC - modèle 40ST - 26W / 410 deg. max
Antex - modèle C - 15W / 370 deg. max
Antex - modèle CS - 17W / 390 deg. max
Antex - modèle XS25 - 25W / 420 deg. max
Velleman - modèle VTS25 - 25W / ??? deg.
Ewig - modèle RAPID20/40 - 20-40W / 430 deg. max


Prix moyens (40 à 80 euros environ)
Antex - modèle TCS - 50W réglable / 200 à 450 deg.
Antex - modèle 650PS - 50W / 390 deg. régulé
Weller - modèle W61 - 60W / 370 deg. régulé
Ewig - Modèle POWER50 - 50W / 500 deg. régulé


Prix costauds (plus de 80 euros)
JBC - modèle SL2020 - 40W / 400 deg. régulé
Weller - modèle WTCP - 50W / 370 deg. régulé
Weller - modèle WS50 - 50W / 150 à 450 deg. régulé


Autres modèles
Il existe bien sûr d'autres modèles, je ne peux pas tous les énumérer. D'autres marques telles que Selectronic proposent des fers que je ne connais pas du tout. Les marques citées ci-avant ne sont pas exclusives, ce n'est pas parce que je n'ai cité que celles-là qu'il faut s'y tenir. A vous de vous renseigner dans votre entourage ou auprès des revendeurs de composants électroniques, qui connaissent bien le sujet.
Avatar de l’utilisateur
Remi77
Administrateur
Administrateur
 
Messages: 629
Inscription: Lun Juil 30, 2007 12:58 pm
Genre: Homme

Panne du fer

Messagepar Remi77 » Mar Sep 06, 2011 8:16 am

La panne (élement qui chauffe) s'use au fur et à mesure de son utilisation. La qualité de la panne dépend du fabricant, on peut globallement dire que la panne des fers à souder "haut de gamme" est plus résistante et dure donc plus longtemps, car dotées d'un revêtement de surface destiné à les protéger plus efficacement de l'usure. Les pannes en cuivre dont sont dotés les fers d'entrée de gamme ont une durée de vie inférieure aux pannes en cuivre électrolytique massif recouverte de fer, nickel et chrome, dans un rapport de 20 environ... Conseil valable dans tous les cas : acheter un support avec une éponge qui restera humide (et pas mouillée) pendant les opérations de soudure, pour nettoyage régulier de la panne (après chaque soudure). Cette simple opération contribue à allonger sa durée de vie et à faire de meilleures soudures. Si vous êtes amené à souvent souder des composants CMS et/ou des grosses surfaces, prévoyez dans votre caisse à outil des pannes de taille adaptée.
Important : la panne d'un fer s'use plus vite avec de la soudure sans plomb, qui est désormais obligatoire. Cela est du à la teneur en étain plus importante, et ce composant est assez agressif. Je vous recommande donc doublement de ne pas opter pour des fers premier prix avec des pannes de mauvaise qualité.
Avatar de l’utilisateur
Remi77
Administrateur
Administrateur
 
Messages: 629
Inscription: Lun Juil 30, 2007 12:58 pm
Genre: Homme

Réglage température

Messagepar Remi77 » Mar Sep 06, 2011 8:17 am

Certains fers possèdent un réglage de température de la panne (température variable de 100 à 450 degrés par exemple), d'autres non (température fixée entre 370 et 420 degrés). Les fers "premier prix" n'en possèdent généralement pas, alors que les stations de travail en possèdent toutes. Le réglage de la température apporte certes un surcout à l'achat, mais présente l'avantage de permettre des soudures de tous types : patte d'un composant électronique ou matière dense (comme un blindage ou un large plan de masse). Les stations de travail sont chères, mais quand on a essayé 10 fers différents et qu'on est passé à ce type d'outil, on ne peut plus revenir en arrière. Pour un besoin occasionnel, je ne peux pas vraiment vous recommander ce type de station, car c'est tout de même un sacré investissement. Mais c'est vrai que celà permet de faire de très bonnes soudures, car la température de chauffe idéale dépend du type de soudure, ainsi que de la taille et de la nature de l'élement que l'on soude. Pour ma part, et sachant que j'utilise de la soudure Plomb / Etain / Argent, j'utilise toujours une température égale ou supérieure à 350 degrés (la température idéale de chauffe pour souder un composant électronique sur un circuit imprimé est comprise entre 370 et 420 degrés). Mais cette valeur dépend tellement de la qualité du fer et de la soudure, que je ne peux que vous conseiller de faire des tests à différentes températures (une température de 320 degrés peut très bien convenir). La soudure doit fondre assez rapidement (sinon cela signifie que la température est trop basse), et le résidu de soudure ne doit pas noircir trop vite sur la panne (signe d'un fer trop chaud).

Remarque : la soudure que l'on doit désormais utiliser en électronique doit être de type "sans plomb". La soudure sans plomb nécessite une température de panne plus élevée (330 à 390 degrés), car le point de fusion est plus élevé. Choisissez donc un fer dont la panne peut être portée à une température suffisante pour ce type de soudure.
Avatar de l’utilisateur
Remi77
Administrateur
Administrateur
 
Messages: 629
Inscription: Lun Juil 30, 2007 12:58 pm
Genre: Homme

Protection electrostatique

Messagepar Remi77 » Mar Sep 06, 2011 8:17 am

Certains équipements de soudage sont équipés d'une protection électrostatique, en vue de protéger les composants électroniques fragiles lors de la soudure. Notez que cette protection n'est efficace que si votre installation électrique possède une terre.
Avatar de l’utilisateur
Remi77
Administrateur
Administrateur
 
Messages: 629
Inscription: Lun Juil 30, 2007 12:58 pm
Genre: Homme

Cordon

Messagepar Remi77 » Mar Sep 06, 2011 8:17 am

Celà a l'air tout bête, mais les cordons dont sont doté les fers peuvent être de piètre qualité et se déteriorer dès que la panne (chaude) tombe dessus. Les bon fers sont normalement équipés d'un cordon thermorésistant (au silicone).
Avatar de l’utilisateur
Remi77
Administrateur
Administrateur
 
Messages: 629
Inscription: Lun Juil 30, 2007 12:58 pm
Genre: Homme

Re: Choisir son fer à souder

Messagepar Remi77 » Mar Sep 06, 2011 8:27 am

Pour résumer ce qui est dit à la page Fer à souder, le choix du fer à souder est primordial pour qui veut faire de bonnes soudures. Je déconseille très fortement l'usage de pistolet à souder pour assembler des composants électroniques, car ce type d'outil chauffe beaucoup trop, et outre le risque de déteriorer les composants électroniques fragiles, il ne permet que rarement de faire de très bonnes soudures. Il est vrai cependant qu'il peut dépanner si vous n'avez que ça sous la main, mais alors seulement pour des soudures assez "grosses", genre gros fil sur gros connecteur. Ce choix n'engage que moi, vous êtes libre de faire comme bon vous semble, bien entendu.
Image

Il est tout à fait possible de débuter avec un fer bon marché, surtout si vous savez d'avance que vous ne ferez que très occasionnellement des soudures. Mais si la pratique vous "accroche" et vous pousse à allez de l'avant, je vous invite mille fois à investir dans un bon fer. Vous ne le regretterez pas, je vous l'assure. Voici ci-dessous quelques photos de fers à souder. De la première à la dernière : un fer bon marché (10 euros) ne possédant pas de réglage de température, un fer avec régulation de température "automatique" (85 euros), un fer professionnel avec réglage manuel et précis de la température (380 euros).
ImageImageImage

Notez aussi l'existence de fers à souder fonctionnant au gaz, permettant une certaine autonomie puisque ne nécessitant aucun raccordement au secteur...
Avatar de l’utilisateur
Remi77
Administrateur
Administrateur
 
Messages: 629
Inscription: Lun Juil 30, 2007 12:58 pm
Genre: Homme

Support de fer

Messagepar Remi77 » Mar Sep 06, 2011 8:28 am

Si vous achetez un fer d'entrée de gamme (premiers prix), il y a de fortes chances qu'il ne soit pas livré avec un support. Dans ce cas, prévoyez-en un, c'est le genre d'ustensile indispensable si vous ne voulez pas que votre fer chauffe et brule ce qu'il ne devrait pas (nappe, pantalon, mains, etc). Assurez-vous que ledit support possède un emplacement pour une éponge ou autre matériaux servant au nettoyage régulier de la panne du fer.

ImageImageImage
Avatar de l’utilisateur
Remi77
Administrateur
Administrateur
 
Messages: 629
Inscription: Lun Juil 30, 2007 12:58 pm
Genre: Homme

Choix de la panne

Messagepar Remi77 » Mar Sep 06, 2011 8:53 am

Il existe différentes tailles de pannes, choisissez celles qui conviennent au type de soudure que vous souhaitez réaliser. Par exemple, la panne montrée sur la première photo ci-dessous, convient bien pour la soudure de petits composants électroniques sur un circuit imprimé (résistances, transistors, diodes), mais ne convient pas très bien pour souder un gros fil sur un plan de masse ou sur une grosse patte d'un gros interrupteur. Pour ces dernières applications, préférez plutôt la panne montrée sur la seconde photo ci-dessous.
ImageImage

Remarque : la panne s'use plus vite quand on utilise de la soudure sans plomb, qui est justement celle que l'on doit désormais utiliser. Cela est lié au fait que la soudure sans plomb est plus corrosive (teneur en étain plus importante), et que la température de la panne doit être plus élevée.

A retenir : un fer dont la température de chauffe est variable permet de s'adapter à plusieurs types de soudures. Je vous recommande ce type de fer si vous êtes amené à souder de façon régulière des composants électroniques et des câbles sur des connecteurs.
Avatar de l’utilisateur
Remi77
Administrateur
Administrateur
 
Messages: 629
Inscription: Lun Juil 30, 2007 12:58 pm
Genre: Homme

Choix de la soudure

Messagepar Remi77 » Mar Sep 06, 2011 8:58 am

Tout comme pour le choix du fer à souder, le type de soudure a une influence considérable sur la qualité de l'assemblage. Il existe différents types, tailles et qualités de soudure, les meilleurs soudures sont (sans surprise) plus chères.
ImageImageImage

Types de soudure
Avant toute chose, précisons que nous ne parlerons pas ici de la soudure utilisée en plomberie ou des baguettes de soudures utilisées pour l'assemblage de grosses pièces métalliques, qui nécessitent un gros fer ou un poste à souder. Nous nous limiterons aux soudures utilisées en électronique ou électricité générale. Pour ces dernières donc, les constituants les plus rencontrés dans les soudures sont l'étain (Sn), le Plomb (Pb), l'argent (Ag). La proportion de ces constituants détermine en grande partie le type de soudure. Il existe ainsi des soudures composées d'un alliage étain + plomb (Sn/Pb), étain + argent (Sn/Ag), étain + plomb + argent (Sn/Pb/Ag), étain + cuivre (Sn/Cu). La proportion des composantes est indiquée en pourcentage, par exemple Sn 60% + Pb 40%, Sn 60% + Pb 38% + Ag 2%, Sn 99,3% + Cu 0,7%, ou encore Sn 96% + Ag 4%. Parfois, le caractère "pourcent" n'est pas spécifié (par exemple Sn60Pb40). L'apport d'argent améliore considérablement la qualité de la soudure et permet une meilleur tenue mécanique dans le temps. Pour cette raison, je vous la recommande très fortement, même si elle coûte plus chère. La soudure avec plomb est interdite depuis juillet 2006, vous devez désormais utiliser de la soudure sans plomb. Il faut savoir que la soudure sans plomb possède un point de fusion plus élevé que la soudure avec plomb (environ 40 degrés au dessus, pour 220°C au lieu de 180°C), et nécessite une température de fer plus élevée (330 à 390 degrés). Quasiment tous les fers à souder vendus à ce jour peuvent monter à une température suffisante pour de la soudure sans plomb, mais soyez tout de même attentif aux publicités alléchantes, et pensez-y si vous utilisez un fer qui date de plusieurs années (optez pour un fer capable de monter au moins jusqu'à 380°C ou 400°C).


Taille de soudure
Il existe différents diamètres de soudure : 0,5mm, 0,7mm, 0,8mm, 1,0mm, 1,2mm en sont quelques exemples. Pour souder des composants électroniques traditionnels (composants traversants comme les résistances, les transistors, etc), je vous conseille une soudure dont le diamètre n'excède pas 1,0mm. Celà permet de mieux contrôler la quantité de soudure à faire fondre. Pour des composants CMS, je vous recommande l'usage de soudure diamètre 0,5mm, 0,7mm ou 0,8mm. Pour les soudures plus "électriques" qu'électronique (fils, connecteurs, etc), un diamètre de 1,0mm ou 1,2mm convient très bien.


Flux décapant
Les soudures sérieuses incorporent un flux décapant destiné à faciliter la soudure, ce flux effectue un "pré-nettoyage" de la zone à souder avant que la soudure n'y adhère, pour que cette dernière "colle" mieux par la suite. Il existe plusieurs sortes de décapants, tels le flux CR2 qui laisse un résidu jaune de résine après soudure, ou le flux R45 qui ne laisse pas de résidu après soudure. Le nettoyage du résidu laissé après soudure est abordé un peu plus loin.


Qualité de soudure
Comme je l'ai dit avant, il existe différentes qualités de soudures, qu'elles soient avec ou sans plomb. Certaines portent généralement le qualificatif de "Soudure Standard" ou "Soudure de qualité", à comparer aux appellations "Soudures pour électronique" ou "Soudure professionnelle". Appellation associée au prix devraient vous permettre de vous y retrouver sans trop de difficulté... On peut tout de même retenir qu'une soudure au plomb de qualité est celle de type Sn60Pb38Ag2 (Sn 60% + Pb 38% + Ag 2%), et qu'une soudure sans plomb de qualité est celle dont la proportion d'argent est de 3% à 4% et la proportion de cuivre de 0,5% à 0,7% (SnAg3Cu0.5 par exemple). Si je devais recommander une marque, ce serait "Multicore". C'est celle que j'utilise à mon boulot (soudure sans plomb avec argent) et chez moi (soudure avec plomb et argent, désolé, j'ai encore du stock), et j'en suis très satisfait. Désolé pour la pub involontaire.


Qualité des soudures
La qualité des soudures dépend de la qualité de la soudure elle-même, de celle de la panne du fer, de celle du circuit imprimé et de celle des composants que l'on soude. Il peut être assez délicat, lors d'un dépannage, d'utiliser de la soudure sans plomb pour souder un composant qui était monté sur un circuit où il était fait usage de soudure avec plomb. Les deux types de soudures ne se mélangent pas toujours très bien, et même quand ça à l'air de bien tenir sur le moment, une bonne tenue dans le temps n'est pas forcement garantie, surtout pour des équipements soumis à des températures élevées. Par contre, pour de nouveaux circuits, les problèmes sont moindres, même si dans l'industrie les fabricants ont dû passer beaucoup de temps pour ajuster leurs systèmes d'assemblage et de soudage à la vague.
Avatar de l’utilisateur
Remi77
Administrateur
Administrateur
 
Messages: 629
Inscription: Lun Juil 30, 2007 12:58 pm
Genre: Homme

La soudure sans plomb

Messagepar Remi77 » Mar Sep 06, 2011 9:31 am

Qualité des soudures
Il est plus difficile de faire des soudures de qualité avec un alliage sans plomb. Pourquoi ? La soudure avec plomb présentait une meilleure "mouillabilité", son étalement était plus facile, plus uniforme et plus homogène et on pouvait se contenter d'une température de fer comprise entre 320 °C et 450 °C, ce qui représentait une plage de températures plutôt large. La soudure sans plomb présente un point de fusion de 30 degrés plus élevé, il faut donc une panne dont la température est plus haute. Pour un fer doté d'un réglage de température qui n'était pas encore à fond, ça ne devrait pas poser trop de problème. Mais la simple élévation de température ne suffit pas forcement, et pose même un problème : une température trop élevée risque de bruler ou d'évaporer le flux de soudure, qui empêche sa parfaite activation. La solution, pour une bonne soudure avec un alliage sans plomb, consiste avant tout à utiliser un fer présentant un très bon transfert de chaleur, et pas forcement une température très élevée. D'ailleur, si vous regardez les publicités pour les fers à souder, vous constaterez que les revendeurs conseillent plutôt un fer puissant (genre 80 W, 50 W minimum) et non un fer pouvant monter à très haute température (les températures maxi restent les mêmes qu'avant). Premier constat : pour un transfet de chaleur maximal, il faut une panne assez large, les pannes très fines risquent plus de poser problème.

Usure de la panne
La panne du fer à souder n’aime pas trop la soudure sans plomb, et elle s'use plus vite avec cette dernière : environ 4 à 5 fois plus vite qu'avec la soudure avec plomb. Pourquoi ? Les pannes sont toutes faites de la même façon : cuivre, nickel, chrome et fer, et l'étain ronge le fer, chose contre laquelle on ne peut pas grand chose. Augmenter la température du fer est un facteur aggravant, qu'il convient de bien prendre en compte, surtout quand on sait qu'une température trop élevée n'aide pas forcement à faire une bonne soudure.

Conseils-
Dans la mesure du possible, conserver une température inférieure à 400 °C. En respectant ce point, la soudure sera plus facile, à condition que la panne soit assez large.
- Ne pas hésiter à tester plusieurs types d'alliages, car il existe des différences notables de "qualité" entre un modèle et un autre.
- Après avoir soudé un composant et avant de reposer le fer sur son support, nettoyer la panne avec une éponge humide, et étamez-la avec de la soudure fraîche. L'éponge doit être humide et non mouillée (sinon choc thermique trop important), côté éponge en dessous, et eau distillée de préférence. En lieu et place de l'éponge humide, vous pouvez aussi utiliser une "laine métal" type "Dry Cleaner WDC". La présence de soudure sur la panne quand cette dernière est au repos, ralentit son oxydation et donc son usure. Une panne oxydée empêche la soudure d'y adhérer : elle ne "mouille" pas et forme une boule de soudure qui refuse de s'accrocher. Notez que toutes les pannes neuves que vous achetez sont pré-étamées, afin de les empêcher de s'oxyder en attendant de servir.
- Une panne oxydée n'est pas forcement entièrement fichue : on peut gratter (doucement) l'oxyde à l'aide d'une petite brosse en laiton souple.
- Choisissez un fer dont la température de la panne est réduite à chaque fois que le fer est posé sur son support. Un fer qui ne sert pas mais qui reste chaud, s'use plus vite ! Les temps de chauffe sont tellement rapides qu'on n'a pas de crainte à avoir de ce côté là.


Divers

La soudure se vend en différents conditionnements : petites bobines de 17g, 100g, 130g, 250g ou "grosses" bobines de 500g. Si vous comptez vous lancer sérieusement dans l'électronique, privilégiez la bobine de 500g, plus économique au poids. Si vous savez que vous souderez occasionnellement, inutile d'investir dans de grosses bobines, surtout s'il s'agit de soudure sans plomb dont la date de péremption arrive 6 mois ou un an après l'achat. Et oui, une nouvelle donnée à prendre en compte : la soudure sans plomb à une "durée de vie" plus courte !


A retenir : La soudure comportant de l'argent (Ag) est plus chère, mais elle permet de réaliser de très bonnes soudures (belles et solides), gage de qualité et de fiabilité dans le temps.
Avatar de l’utilisateur
Remi77
Administrateur
Administrateur
 
Messages: 629
Inscription: Lun Juil 30, 2007 12:58 pm
Genre: Homme

Temps de chauffe

Messagepar Remi77 » Mar Sep 06, 2011 9:32 am

"Il faut souder très très vite, et il ne faut pas que la température du fer soit trop élevée, sinon on grille le composant qu'on soude !". Allez, vous l'avez bien entendue au moins une fois, celle-là, non ? Et bien ce n'est plus aussi vrai depuis que le transistor au germanium a fait place au transistor au silicium. Ce qui fait un bail, déjà. Les transistors au germanium craignaient beaucoup la chaleur, et il fallait ne pas trop les malmener de ce côté là, sinon, c'était leur mort presque assurée. Mais les temps ont changé. Les composants actuels sont moins fragiles et supportent mieux une élevation de température pendant le temps de soudage. Certe, il ne faut pas laisser trop longtemps la panne chaude sur la patte d'un composant, car il y a tout de même des limites à ne pas dépasser. Alors que faut-il pour minimiser le temps de soudure ? Et bien tout simplement utiliser une panne de fer bien chaude ! Car à une valeur de chauffe plus élevée, la soudure fond et prend plus vite, tout simplement ! Et le composant soudé sera au final moins stressé. Le temps de chauffe (ah oui, c'est le titre du paragraphe) ? Deux valeurs à retenir : à 300°C, la durée ne doit pas dépasser 10 secondes, et entre 350°C et 400°C, la durée ne doit pas dépasser 5 secondes. Si vous mettez plus de cinq secondes pour souder une patte d'un composant, c'est que le fer ne convient pas ou que sa température n'est pas assez haute. S'il s'agit d'un fer avec réglage de température, vous savez ce qui vous reste à faire. S'il s'agit d'un fer sans réglage de température et que vous êtes vraiment un fana de l'électronique (je veux dire que votre besoin de souder n'est pas occasionnel), je vous conseille vivement d'en changer.

Que se passe-t-il si la température de la panne est trop faible ?
1 - Vous risquez de griller le composant par surchauffe, car comme la soudure a du mal à prendre, vous insistez, et vous insistez encore, et puis ça dure finalement trop longtemps.
2 - Vous risquez de faire une soudure sèche. C'est à dire une soudure qui ne colle pas bien et qui à terme se traduira par un mauvais contact et par une panne de votre circuit.
Avatar de l’utilisateur
Remi77
Administrateur
Administrateur
 
Messages: 629
Inscription: Lun Juil 30, 2007 12:58 pm
Genre: Homme

Choix des outils

Messagepar Remi77 » Mar Sep 06, 2011 9:47 am

On peut se demander ce que les outils peuvent venir faire dans un tutoriel de soudure, mais vous allez vite comprendre comment de bon outils peuvent vous aider à faire du bon travail.

Pince coupante
Il existe plusieurs tailles de pinces coupantes, et il est très important de bien les choisir. Sans entrer dans les détails, il existe deux grandes catégories de pinces coupantes : celles destinées au sectionnement de gros élements (gros cables par exemple), et celles destinées exclusivement à l'électronique (pattes de composants électroniques ou petits fils électriques fins). Si vous ne faite que de l'électricité générale, une pince de taille moyenne vous suffira certainement. En revanche, si vous faites de l'électronique, il vous faudra impérativement investir dans une pince solide, dédiée à cet usage. Vous aurez besoin en effet, d'une pince dont les bouts tranchants permettent une coupe parfaitement nette et bien à ras de la soudure. Pour vous aider à vous y retrouver, sachez que certains fabricants indiquent la capacité  (ou la force) de coupe. Cette caractéristique peut être exprimée au moins de deux façons :
- en kg/mm2. Par exemple, force de coupe de 200kg/mm2, qui permet de couper une corde de piano en acier;
- en diamètre du cable que l'on peut couper selon sa nature. Par exemple 0,8mm pour de l'acier et 1,2mm max pour du cuivre.
Une pince du genre de celles représentées sur les photos ci-dessous, convient très bien pour l'électronique :
ImageImageImage

Assistant de pliage
Ca ne paye pas de mine, mais ça peut rendre bien service aussi ! Il s'agit d'un petit bout de plastique moulé doté d'empreintes calibrées, qui permet d'effectuer des pliures propres et dont l'espacement correspond à des valeurs d'espacements standards (multiples entiers du pas de 2,54mm qui correspond à la distance qui sépare deux pattes d'un circuit intégré classique en boitier DIL). Ce genre d'outil peut aussi servir à redresser des pattes de circuits intégrés sans trop s'embêter.


Pince à dénuder
Ce type de pince est spécialement étudié pour dénuder proprement des fils électriques. Comme il existe plusieurs diamètres de fils, une pince à déduner comporte soit un réglage (première photo ci-dessous), soit des emplacements dédiés pour s'adapter aux différentes tailles (diamètres) de fil. Ce type d'outil n'est pas indispensable, et vous pouvez très bien utiliser un couteau ou une lame de cutter pour dénuder vos fils. Privilégiez toutefois ce genre de pince si à chaque fois que vous dénudez, la moitié du cable électrique s'en vas avec la gaine...
Image


Pince à bec
La pince à bec peut servir à plein de choses. Tenir un écrou pendant qu'on serre la vis qui va dedans, couder ou redresser des pattes de composants, plier un fil vers un connecteur avant sa soudure, ... bref un outil indispensable.


Brucelle croisée
Appelée aussi "brucelle Auto-serrante", car le bec se ferme quand on ne fait rien, et s'ouvre quand on appuie sur le manche. J'utilise vraiment très très souvent ce genre de pince, qui me permet de tenir une résistance ou un support de circuit intégré sur un circuit imprimé pendant que je le soude. Pas besoin de faire d'accrobaties avec ses mains, la pince tient le composant bien plaqué contre le CI, et on soude avec les mains qui restent (voir photos ci-dessous). On peut aussi s'en servir pour tenir plusieurs fils qui doivent être soudés ensemble.
ImageImage

Support de circuit imprimé
A ne pas confondre avec "Support de circuit intégré"... Il s'agit d'un support à poser sur la table de travail, et qui comporte deux machoires permettant de tenir le circuit imprimé "en l'air". Les machoires sont montées sur un axe qui permet de faire tourner le circuit et d'avoir ainsi facilement acces au côté composants ou au côté cuivre. Aussi utile que la "Troisième main" qui est une double pince montée sur un support articulé, qui permet, tout comme le support mentionné ci-avant, de laisser vos mains libres pour la "tache noble".
ImageImage

Décapant (avant soudure)
J'ai parlé au paragraphe "Soudure" du flux décapant dont sont dotées certaines soudures. Sachez qu'il existe aussi des décapants "autonomes", que l'on peut appliquer sur l'endroit à souder, toujours dans le but de bien nettoyer et de permettre par la suite une soudure bien propre. Ce type de décapant peut se trouver sous forme de tige ou de pâte.


Nettoyant flux (après soudure)
Certains flux décapants dont sont dotées certaines soudures (flux CR2 par exemple) laissent un résidu jaunâtre après la soudure, qui laissent un peu penser, quand on ne sait pas trop de quoi cela résulte, que l'endroit à un peu trop chauffé. Bien qu'en pratique, laisser ce résidu n'est pas très gênant, il est plus propre de s'en débarrasser, cela confère à votre montage un aspect tout de suite plus "professionnel". Le nettoyant se trouve le plus souvent sous forme de bombe aérosol, avec un embout en forme de large pinceau qui aide à "grater" un peu pour faciliter le décolage du résidu. Si vous utilisez ce genre de nettoyant, je vous conseille de l'appliquer une fois que votre montage est complètement terminé et testé.
Avatar de l’utilisateur
Remi77
Administrateur
Administrateur
 
Messages: 629
Inscription: Lun Juil 30, 2007 12:58 pm
Genre: Homme

Comment bien démarrer ?

Messagepar Remi77 » Mar Sep 06, 2011 9:52 am

Rien d'obligatoire certes, mais si on peut faire durer plus longtemps notre fer et nos poumons...


Précautions à prendre
Ne pas respirer les vapeurs, ni tenir la soudure dans sa bouche, car la soudure contient des composants qui ne sont pas forcement bons pour la santé. Dans le même ordre d'idée, il est impératif de se laver les mains après avoir soudé, et surtout ne pas casser la croûte pendant que l'on soude : outre le fait d'avoir touché la soudure, on peut par mégarde avaler une boule de soudure ou un morceau de patte de composant qui aurait sauté sans qu'on le voit (ce n'est pas forcement moins bon qu'une fourmi, mais ça peut avoir des conséquences plus graves). Ne pas se bruler non plus. Prévoir un espace de travail aéré, plus on est à l'aise et moins on risque d'accident.


Nettoyage de la panne du fer
La panne du fer s'encrasse au fur et à mesure de son utilisation, c'est normal. Il faut donc la nettoyer régulièrement, parfois même entre chaque soudure.  Il est formellement interdit de gratter la panne du fer avec un couteau, un cutter ou une lime pour le nettoyer !!! La panne possède en effet un revetement protecteur destiné à augmenter sa durée de vie. Si vous grattez ce revêtement, vous devrez tout simplement remplacer la panne plus souvent ! Il existe plusieurs méthodes pour nettoyer la panne de son fer au fur et à mesure que l'on soude : l'éponge humide (humide, et surtout pas complètement imbibée d'eau), et le nettoyeur de panne mécanique qui ressemble à une boule de limaille de fer, voir photo ci-dessous.
Image

Nettoyage du circuit imprimé
Voir paragraphe précédent traitant du nettoyant de flux.


Nettoyage des pattes des composants
Si les composants électroniques ou fils électriques que vous voulez souder sont vieux, il se peut qu'ils soient difficiles à souder, et que la soudure ne veuille pas coller, formant une boule qui finit par grossir et tomber à côté. Si celà arrive, vous pouvez gratter un peu la surface à souder avec une lame, ou utiliser un décapant avant soudure.


Nettoyage des connecteurs
Même chose que ci-avant. Comme il n'est pas toujours pratique de gratter avec une lame des pattes de connecteurs (de part leur forme et leur positions), il est souvent préférable d'utiliser un produit décapant avant soudure. Parfois, il suffit de les chauffer un peu plus longtemps et d'insister un peu pour que la soudure finisse par accrocher, mais je ne recommande pas cette pratique pour des petits connecteurs, qui sous un echauffement excessif, peuvent se déteriorer de façon irréversible. Essayer de sentir un peu de vous même jusqu'à où vous pouvez aller, mais n'insistez pas si la soudure a décidé de ne pas s'accrocher du tout.
Avatar de l’utilisateur
Remi77
Administrateur
Administrateur
 
Messages: 629
Inscription: Lun Juil 30, 2007 12:58 pm
Genre: Homme


Retourner vers Conseils- Réparations et bricolage

 


  • Articles en relation
    Réponses
    Vus
    Dernier message

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 0 invités

cron